Cannabidiol comment le THC est-il enlevé ?

Produits de CBD

Si vous voulez créer un produit CBD pour un usage général à partir des plantes de chanvre, vous devez extraire le THC qu’il contient et le séparer des autres cannabinoïdes. Voici trois méthodes pour extraire le THC.

A voir aussi : Comment utiliser l'huile de chanvre sur le visage ?

L’extraction par l’eau

Le THC peut être extrait sans utiliser de solvants. C’est une méthode sûre pour se débarrasser de nombreuses toxines et contaminants nocifs contenus dans la plante de cannabis. Celle-ci a besoin d’être congelée avant de commencer. Elle doit être ensuite immergée dans de l’eau froide, presque glaciale.

Les petits cristaux qui recouvrent les bourgeons, appelés trichomes, commenceront à se détacher, lorsque vous continuez à faire tourner la plante dans l’eau. Ensuite, l’eau est filtrée avec un sac à mailles ou un tamis. Cette opération permet de séparer l’eau et les cristaux. Comme ils sont plus denses, ces derniers se trouveront au fond de l’eau. Ce procédé va produire un liquide dont la teneur en THC est de 50 à 70 %.

A lire en complément : Acheter du CBD bio dans un CBD shop : pourquoi c'est une bonne idée ?

L’extraction par l’huile au CO2

Les mêmes techniques employées dans les industries du café et du thé sont utilisées dans cette approche non toxique de l’extraction du THC. Cette technique d’extraction au CO2 est en fait plus avancée et permet de maximiser le potentiel du chanvre. Le CO2 est manipulé de manière à passer dans un état supercritique. Durant le processus, ce CBD sera séparé du cannabis à des températures extrêmement élevées ou basses.

Cette méthode n’est utilisée que par des experts dans le domaine du chanvre, pour produire des produits à base de CBD. Elle nécessite l’emploi de machines sophistiquées et de haute technologie. Il faut d’ailleurs des connaissances spécialisées pour pouvoir les manipuler.

Le gaz CO2 est ensuite extrait du liquide à l’aide d’un séparateur. Ce procédé produit un liquide contenant des trichomes et des terpènes. Bien qu’elle nécessite des machines coûteuses, cette technique d’extraction du THC permet d’obtenir un produit exempt de toxine.

L’extraction par l’huile isopropylique

En raison de son efficacité et de sa rapidité, ce procédé de séparation du CBD et du THC reste le plus pratiqué. Il permet à chacun de produire sa propre huile de CBD et ajoute une petite quantité d’oméga au produit.

Autre bénéfice significatif de cette procédure d’extraction : l’absence de composés potentiellement dangereux dans le produit final.

Cependant, elle comporte certaines lacunes. À cause d’un manque de contrôle de ce qui est extrait, les produits issus de cette extraction à base d’huile ont une faible teneur en CBD. En raison de la chaleur impliquée dans cette méthode d’extraction, les cannabinoïdes peuvent aussi changer. Ils ont également une courte durée de conservation. C’est pour cela que ce type de production de CBD est réservé à une utilisation personnelle.

Concernant la procédure proprement dite, elle consiste à tremper des fleurs de cannabis séchées dans un mélange d’alcool isopropylique. Après avoir immergé les fleurs, vous devez les remuer doucement. Les trichomes de la fleur seront ainsi éliminés. Le solvant est ensuite évaporé dans un four à vide préchauffé à 181 degrés, après que le liquide est passé à travers une maille filtrante. L’huile restante contiendra du THC, après l’évaporation du solvant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *